5 moyens pour guérir

Dans la Bible, il y a cinq moyens de guérison divine :

 1-      La Médecine et les médicaments :

C’est une méthode de guérison divine, parce-ce que la Bible nous dit que l’homme n’aurait aucune sagesse si ce n’était Dieu qui la lui donnait….Tout ce qui réussit en Médecine, on peut dire que c’est Dieu qui l’a révélé à l’homme !    Beaucoup de scientifiques expliquent leur démarche, leur expérience jour après jour sans aucun résultat ; et un matin, ils se réveillent avec la réponse ! D’où venait cette réponse ? De Celui qui est la Source de toute sagesse !

Seigneur, je te rends grâces pour la sagesse que Tu as donnée aux médecins et jusqu’à ce que Tu me dises de ne plus prendre ces médicaments, je le reçois de Ta Part : ils agiront de façon bénéfique sur mon corps et ils n’auront aucune incidence négative; mais avant toutes choses, je reconnais que  c’est Toi qui me guéris !

Chaque fois que je dois prendre un médicament, je dis toujours à Dieu : « ceci n’est pas ce qui me guérit, c’est Toi qui me guéris ! Ceci n’est pas ma Source, c’est Toi qui es ma Source ! « .

2-      L’imposition des mains :

 «Ils imposeront les mains aux malades et ceux-ci seront guéris» (Marc16)

Puisque nous croyons, nous devons imposer les mains aux malades. L’imposition des mains est efficace pour n’importe quelle personne. C’est le moyen le plus efficace de prier pour les non-chrétiens et les nouveaux convertis.

3-      L’onction d’Huile :

Selon Jacques 5, c’est la prière de la foi qui va guérir, ce n’est pas l’huile !  L’huile est un support à la fois pour imprégner nos corps, et pour ressentir l’action du Seigneur.

 4-       Le don, le ministère de Guérison :

Le Seigneur utilise quelqu’un qui a reçu le don de guérison, pour transmettre l’onction et pour permettre à la puissance de guérison de couler dans le corps du malade.

 5-      La Parole de Dieu :

Plus le chrétien est mûr, et plus Dieu s’attend à ce qu’il marche d’après Sa Parole (Cf. Le  «fils ainé» de la Parabole à qui tout appartient déjà !).

Recevoir la guérison par la Parole exige une Foi mature : il me faut m’emparer de la Parole de Dieu, elle est un médicament pour mon  corps; elle est pour moi LA VIE !

Certaines  personnes ont l’habitude de prendre chaque jour leurs médicaments dans un verre d’eau en  se levant, mais ces  mêmes personnes ne se souviennent plus de l’endroit où se trouve leur Bible !

Dieu nous a envoyé Sa Parole pour nous guérir, nous libérer de nos oppresseurs, de nos destructeurs ; il s’agit de prendre la Parole  et de commencer à la méditer. Il nous faut la faire sortir de notre tête pour la placer dans notre cœur…..

Vous savez alors  qu’elle se trouve dans votre cœur, à la place de la peur vous harassant continuellement. Vous avez la certitude que Dieu vous a guéri, que vous n’avez plus à supporter votre infirmité ; et alors que la Parole est toujours dans votre intelligence, vous continuez à vous  nourrir pour la faire descendre dans votre cœur. Chaque fois que vous lisez les Ecritures, vous affirmez : «voilà ce que je crois!» Je crois en la Parole  telle que Dieu nous l’a annoncée : «par ses plaies je suis guéri(e) (Isaïe 53). Il a porté mes infirmités, mes douleurs, mes souffrances, je suis celui qui a été guéri par Dieu ! »

En résumé :

1) Faites de la Parole de Dieu l’AUTORITE SUPREME,

2) Refusez de croire ce que vous ressentez et ce que vous voyez, (dites : « Mon corps, écoute-moi ! Je suis celui ou celle qui est guéri(e) par le Seigneur ! »).

3) Refusez le doute et l’incrédulité.

4) Méditez sur la Parole de Dieu.

5) Présentez votre cas devant le Seigneur.

6) Louez Dieu pour votre guérison.

7) Ne vacillez pas !

8) Et après avoir fait tout ce qui est en votre pouvoir pour vous affermir dans la Parole de Dieu, continuez ! N’abandonnez pas !

9) Servez-vous de supports audio et vidéo sur le sujet !

10) Confessez la Parole à propos de votre guérison.

  Docteur Bertrand et Marie Joy Chauliac  www.partenairesmoisson.fr

 

Impact de guérison – Patrick Fontaine

– Tiré du livre de Patrick Fontaine –

Le fondement de la croix

Esaïe 53:4-5
Pourtant, en vérité, c’est de nos maladies qu’il s’est chargé, et ce sont nos souffrances/douleursqu’il a prises sur lui (substitution),[…]
Le châtiment qui nous donne la paix (shalom = paix, santé) est retombé sur lui et c’est par ses blessures que nous sommes guéris.

Jésus, sur la croix, s’est autant chargé de nos péchés que de nos maladies.
=> Son Sang est aussi efficace pour nous laver du péché que pour nous guérir de toute maladie !

Le péché et la maladie ont été, tous deux, réglés à la croix.
Aussi vrai qu’Il est mort pour nos péchés, Il est mort pour nos maladies.
Aussi vrai qu’Il a été meurtri sur la croix, nous sommes guéris !
=> Dieu veut tout autant notre guérison que notre délivrance du péché !

La maladie, comme la mort physique, est un fruit de la mort spirituelle (la séparation d’avec Dieu).
Elle est apparu avec la chute, elle fait partie de la malédiction, elle est le lot de l’homme déchu.
Elle a fait son entrée avec le péché dont elle est une conséquence directe.
=> Quand Jésus a traité le péché, il a traité ce qui a fait entrer la maladie. Il a racheté l’homme pour qu’il ne vive plus sous le péché, ni avec les conséquences de son péché, la maladie y compris.

Ne traitons pas la maladie différemment du péché ! Le remède qui nous donne la victoire sur le péché est également celui qui nous donne la victoire sur la maladie.
=> Nous avons accepté Jésus comme notre Justice, notre Sainteté; acceptons-Le maintenant comme notre Guérison, notre Santé.

Nous avançons dans la sanctification, avançons de même dans la guérison, sans nous lasser, sans nous décourager.
=> Ce sont la révélation et la foi qui concrétisent la victoire sur le péché comme sur la maladie.

Nous ne nous voyons plus comme des pécheurs, mais comme des saints.
=> De même, ne nous voyons plus comme des malades, mais comme des sains (en pleine santé).
S’il n’est pas juste de tolérer un petit péché, pourquoi tolérerions-nous de petites maladies?
Jésus n’a jamais péché, Il peut vivre en nous une vie sans péché.
=> De la même façon, Jésus n’a jamais été malade, Il peut vivre en nous une vie sans maladie!

Un acte d’amour

Psaume 35-27 Que l’Eternel est grand, lui qui désire le bonheur/la paix/la santé de son serviteur !

Jésus est venu faire la volonté du Père. Il n’a jamais fait que Sa volonté, et l’une des plus grandes parties de son ministère a été de guérir. Il est donc évident que la guérison est la volonté de Dieu.
=> La guérison vient du cœur de Dieu. Elle est un acte d’amour !

Les forteresses de mensonge

2Corinthiens 10:4-5 « Nous renversons les faux raisonnements ainsi que tout ce qui se dresse prétentieusement contre la connaissance de Dieu, et nous faisons prisonnière toute pensée pour l’amener à obéir au Christ. »

C’EST MA CROIX !

=> Nous n’avons rien à ajouter aux souffrances de Christ qui ont été plus que suffisantes.

TOUT VIENT DE DIEU

=> Quel Père infligerait une maladie à son enfant?

JE RÉCOLTE CE QUE J’AI SEMÉ

=> Quand nous acceptons cette pensée de mensonge, nous donnons au problème un droit de sévir dans notre corps. S’il y a repentance, il y aura pardon et restauration !

PLUSIEURS ONT DÉJÀ PRIÉ POUR MOI…

=> Notre expérience ne change pas la volonté de Dieu

C’EST POUR MA SANCTIFICATION

=> Nulle part dans les Ecritures nous voyons la maladie sanctifier qui que ce soit.

 

SI DIEU LE VEUT, IL ME GUÉRIRA

=> La main de la foi saisit ce que la main de la grâce lui tend. La guérison n’est plus dans les mains de Dieu. Il l’a remise entre les nôtres.

NOUS MOURRONS TOUS UN JOUR

=> La réalité de la mort n’est pas incompatible avec une vie en bonne santé.

Il n’y a pas un seul cas dans la Bible :

  1. où quelqu’un voulait la guérison et ne l’a pas reçu.
  2. où il est dit à une personne que sa maladie ait pour but de former son caractère ou sa patience.
  3. où la maladie est appelée bénédiction.
  4. où une maladie est laissée non guérie pour la gloire de Dieu.
  5. où Dieu utilise la maladie pour ramener son enfant à la maison dans le ciel.
  6. où il est dit à une personne que sa guérison ne soit pas la volonté de Dieu.
  7. qui signifierait qu’il y a un temps des miracles qui prendrait fin avant le temps de l’Eglise.
  8. qui dit que la guérison prendrait fin dans l’Eglise.

Recevoir la guérison

La guérison par la foi

La grâce est la main de Dieu qui nous donne la guérison; la foi est notre main qui saisit la guérison pour la transporter de la dimension spirituelle à la dimension physique.

La foi, c’est croire que Dieu veut faire pour nous, en nous ou par nous, ce qu’Il promet dans Sa Parole. La foi, c’est croire Sa Parole.

Hébreux 11:1 « Or, la foi est l’assurance/garantie des choses qu’on espère, la démonstration/conviction de celles qu’on ne voit pas. »

=> La foi est la faculté qui saisit les réalités spirituelles, qui perçoit l’invisible. De même que nos sens physiques nous mettent en relation avec le monde physique, la foi, qui est un sens spirituel, nous met en relation avec les réalités spirituelles. Sans la foi, nous serions limités au seul monde perçu par nos sens.

Marc 11-24 « Tout ce que vous demandez dans vos prières, croyez que vous l’avez reçu et cela vous sera accordé. »

=> La foi, c’est croire avant de voir. C’est la transformation de l’espérance en certitude.

D’OÙ VIENT LA FOI ?

Romains 10:17 La foi naît de l’écoute de la parole de Christ.
Hébreux 12:2 Jésus est l’auteur de la foi.
Galates 5:22 Le fruit de l’esprit, c’est … la foi.

=> La foi tire son origine de Dieu, de sa Parole et de son Esprit. Sa croissance dépend essentiellement de notre relation avec le Seigneur et avec sa Parole.
=> La Parole de Dieu est le canal par lequel la foi est transmise. Notre part est d’entendre ce que Dieu dit, la part de l’Esprit est de vivifier la semence et de produire en nous la foi comme un fruit.
=> Dieu a imparti à chacun une même mesure de foi, nous avons donc la même foi que les apôtres ! (voir 2Pierre 1:1)

La foi de qui ?

Plusieurs canaux de foi peuvent jouer un rôle dans l’action de Dieu concernant la guérison:

  1. la foi du malade (« Ta foi t’a guéri… »)
  2. la foi de celui qui prie (les amis du paralytique)
  3. la foi d’un autre, d’une communauté (voir Marc 6:4)
  4. la foi de Dieu (le don de la foi)

La foi efficace n’a rien à voir avec la quantité, mais avec l’activité. Jésus a même dit qu’une foi grosse comme un grain de moutarde suffisait, si l’on s’en servait, pour déplacer les montagnes.
=> Si tu t’en sers, ta foi marchera !

LE PRINCIPE DE LA FOI

  1. Savoir et être convaincu que Dieu veut et peut me guérir, que cela fait partie du Salut. Etre fondé sur la Parole de Dieu, pour prier en accord avec celle-ci.
  2. Etre net devant Dieu pour pouvoir Lui demander avec assurance (1Jean 3:20-22).
  3. Lui demander en croyant qu’Il nous écoute (1Jean 5-14-15).
  4. Croire que nous l’avons reçu quand nous l’avons demandé (Marc 11:24).
  5. Maintenir ferme notre confession de foi (Hébreux 4:14, Romains 10:10).
  6. Maintenir une attitude mentale juste, rester ferme sans douter (Romains 4:17-22, Marc 11:23, Mathieu 14:31).
  7. Agir conformément à notre confession de foi (Jacques 2:22-26).
  8. Louer Dieu (Psaume 18:3).

 

Se préparer à la guérison

FORTERESSES DE PENSÉE

Saisissons nos armes spirituelles et renversons les forteresses et les pensées comme:

  1. L’idée d’une échelle de difficulté (Dieu n’a pas plus de mal à guérir une  paralysie qu’un rhume).
  2. L’idée d’une loterie (« à qui Dieu va-t-Il faire grâce aujourd’hui ? »)
  3. L’idée d’un stock limité (« il y a des gens plus malades que moi; priorité à eux »)
  4. L’idée d’un porte-monnaie de la foi (« je n’ai pas assez de foi pour acquérir ma guérison »)
  5. Le sentiment d’indignité (« je ne la mérite pas ») : personne ne mérite la guérison : c’est une grâce !

FORTIFIER SON ESPRIT

Proverbes 18:14 L’esprit de l’homme le soutient durant la maladie.
Proverbes 4:23 Garde ton cœur plus que toutes autres choses, car de lui sortent les sources de la vie.

Notre esprit est l’organe de notre guérison. La foi vient de notre esprit, il est bon d’acquérir un esprit combatif, résistant, actif (attention au piège de la passivité !) :

  1. Par la Parole : se baigner dans la révélation de la guérison divine.
  2. Par la prière en langue : car celui qui parle en langue s’édifie lui-même (1Corinthiens 14:4).
  3. Par la pratique de la louange : la louange nous décentre et remet Jésus au centre (Psaume 18:3).
  4. Par le jeûne et la prière : (voir Philippiens 4:6 et Esaïe 58:4)

La manifestation de la guérison

=> Nous pouvons « sentir » la guérison (Marc 5:29) ou ne rien sentir du tout (2Corinthiens 5:7).
=> La guérison peut être instantanée (Marc 1:31) ou progressive : même quand un arbre est coupé, ses feuilles peuvent continuer à pousser, tant que la sève est dans l’arbre. L’arbre est pourtant bel et bien mort. De même, quand nous prions, nous « décapitons » la maladie, mais les symptômes peuvent subsister un certain temps.

Marc 16:18 Ils imposeront les mains aux malades, et ils seront guéris (idée d’un processus).
Esaïe 58:8 Et ta guérison germera promptement (verbe utilisé pour la pousse des plantes).

=> Toutes les guérisons sont un processus dont la durée est variable, de quelques secondes à plusieurs semaines. La foi n’a rien à voir avec la durée.

La guérison de l’intérieur

Romains 8:11 « Si l’Esprit de Celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts habite en vous, Celui qui a ressuscité Christ d’entre les morts rendra aussi la vie à vos corps mortels par Son Esprit qui habite en vous. »

Ephésiens 3:20 « Or, à Celui qui peut faire, par la puissance qui agit en nous, infiniment au-delà de tout ce que nous demandons ou pensons. »

Proverbes 4:23 « Garde ton cœur plus que toutes autres choses, car de lui sortent les sources de la vie. »

=> La vie, la santé divine, la guérison, vont venir de l’intérieur !

1Jean 4:4 « Vous, petits enfants, vous êtes de Dieu, et vous les avez vaincus (les esprits présents dans le monde, y compris les esprits de maladie), parce que Celui qui est en vous est plus grand que celui qui est dans le monde. »

Romains 8:2 « La loi de l’esprit de vie en Jésus-Christ m’a affranchi de la loi du péché et de la mort/maladie. »

Ce qui alimente le péché et la maladie est vaincu, en Christ, par la loi de l’esprit de vie. L’Esprit, en moi, applique dans mon corps cette libération.

 

Les obstacles à la guérison

  1. L’ignorance des promesses de la Bible (Osée 4:6, Ephésiens 4:18 et Jean 8:32).
  2. L’incrédulité quant aux promesses (Hébreux 4:2 et 1Théssaloniciens 2:13).
  3. L’incrédulité quant au canal.
  4. L’incompréhension des voies de Dieu (Esaïe 42:8).
  5. Un péché non confessé/non abandonné  (Jacques 5:16).
  6. Ne pas discerner le corps (1Corinthiens 11:29-30).
  7. Un manque d’unité (Matthieu 18:19)
  8. Le besoin de délivrance.
  9. Le refus de pardonner (Matthieu 18:34-35)
  10. Agir contre l’Eglise (1Corinthiens 3:17).
  11. Vouloir garder le bénéfice de la maladie.
  1. Fermer son cœur aux autres (Proverbes 21:13 et Esaïe 58:6-8)
  1. Une mauvaise confession (Proverbes 18:21).
  1. Continuer de se voir malade (Proverbes 23:7 et 2Corinthiens 10:4-5).
  1. Concevoir de l’iniquité dans son cœur (Psaume 66:18 et Jean 9:31).
  2. L’inconsistance dans notre combat.

Si le royaume doit être pris par violence, ce n’est pas parce que Dieu le retient,
mais parce que le diable essaie de la retenir !

Conserver sa guérison

Si la guérison divine est spirituelle, son maintien l’est aussi.

  1. Prenons garde de ne pas témoigner prématurément de notre guérison.
  2. Gardons les portes fermées en nous ceignant de la Vérité.
  3. Débarrassons-nous de notre mentalité de malade.
  4. Fermons la porte au péché.
  5. Travaillons à nos fondations (Parole de Dieu, relation d’intimité avec Dieu) pour résister à la tempête.
  6. Ne laissons pas nos sens nous troubler, restons ancrés sur la Parole.
  7. Ne nous laissons pas contaminer par l’incrédulité ambiante.
  8. Vivons dans une saine hygiène de vie.

 

 

Proclammation

Jésus a porté mes maladies et mes souffrances; par ses meurtrissures, j’ai été guéri.
Le Père avait un plan en envoyant Jésus sur la croix: le problème du péché et de la maladie est réglé, tout est accompli !

Jésus a donné sa vie pour moi, afin que j’aie la vie et que je l’aie en abondance.
J’ai donc cette vie en abondance et elle coule jusqu’à chaque organe de mon corps, apportant santé et guérison.
Je libère cette vie en abondance dans mon corps, et elle coule jusqu’à chaque cellule, chaque fibre de mon être. De mon cœur sortent les sources de la vie, qu’elles coulent maintenant !

Je suis le temple du Saint-Esprit, je ne suis pas le temple de la maladie, ni de l’infirmité, le Saint-Esprit habite en moi, le Saint-Esprit qui est l’Esprit de vie, communique la vie à tout mon corps. Il vivifie mon corps mortel.

Ce que le Père n’a pas planté, est déraciné et éliminé de mon corps, au Nom de Jésus. (Matthieu 15:13 et Luc 17:6)

La maladie est une condition spirituelle qui se manifeste dans le corps physique.
Jésus a porté mes maladies et mes souffrances, je ne suis donc plus dans cette condition spirituelle. La maladie n’a plus de fondement spirituel en moi.

Je ne donne aucun droit à la maladie dans mon corps : quand elle s’approche, je lui résiste, au nom de Jésus, et elle s’enfuit.

J’ordonne à chaque organe de fonctionner à la perfection, comme Dieu les a appelés à fonctionner quand Il les a créés.

J’interdis toutes les défaillances dans mon corps.

La loi de l’Esprit de vie m’a affranchi de la loi du péché et de la mort. C’est la loi de l’Esprit de vie qui prévaut dans tout mon corps.

Je bénis mon système immunitaire, il se fortifie de jour en jour. J’interdis tout confusion dans mon système immunitaire. Le même Esprit qui a ressuscité Jésus d’entre les morts, habite en moi et vivifie mon système immunitaire avec la vie et la sagesse de Dieu, Il surveille la vie et la santé de mon corps. Je lui ordonne de fonctionner dans la perfection de la création.
J’interdis toute hypersensibilité de mon système immunitaire, je lui ordonne de garder un juste équilibre, d’attaquer toute cellule anormale, ainsi que tout virus, d’en débarrasser mon corps et de cesser de considérer comme inoffensif ce qui est nocif, et comme nocif ce qui ne l’est pas. J’anéantis ainsi tout allergie dans mon corps.

Je suis racheté de la malédiction de la loi, donc de la maladie.

Chaque cellule qui n’apporte pas la vie et la santé à mon corps, est coupée de la source de vie, je mets fin à son existence.

La connaissance de la vérité m’affranchit, je connais la vérité: « par ses meurtrissures, je suis guéri », je suis donc libéré de la maladie, je ne fais aucun cas des mensonges qui voudraient me lier à la maladie.

Mon âme, tiens-toi tranquille, je suis guéri ! Mon âme, bénis l’Eternel, car c’est lui qui pardonne tous mes péchés et qui guérit toutes mes maladies.

Seigneur, tu as fait alliance avec moi, je proclame le sang de l’alliance en ma faveur.

Seigneur, tu as donné des ordres à tes anges pour me garder dans toutes mes voies, aucun mal ne m’atteindra, aucune plaie ne s’approchera de moi.

La mort et la vie sont au pouvoir de la langue, je parle donc la vie à mon corps.

Je me repends, je me débarrasse de ma mentalité de malade, je renonce à la crainte, à l’apitoiement, à rechercher la compassion des autres. Je ne me complais pas dans la maladie. Je n’anticipe pas un état pire. J’amène toutes mes pensées captives à l’obéissance de Christ et je renverse toute imagination, tout raisonnement qui s’élève contre la connaissance qui me vient de Dieu.

Je ne suis pas d’accord avec la maladie, donc je ne marche pas avec elle (Amos 3:3).

Extrait de « Impact de guérison »
de Patrick Fontaine

 

 

One comment

  • AKA

    Je vous remercie pour l’enseignement, pour l’avancement de l’oeuvre de Dieu. Je vous encourage dans ce sens. Je souhaiterais recevoir vos enseignements car la parole de Dieu me nourrit. Jésus est ma Lumière. Je ne veux pas périr par manque de connaissance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *